Programme cancer

Combattre la résistance aux traitements pour de nouveaux espoirs de guérison
Programme cancer
Muriel Kopelianskis
Votre contact privilégié
Besoin de financement
complémentaire : 650 000 €
24 %
Déjà 153 573 € collectés
Face à la réalité : le cancer continue de tuer en France

Le cancer est 
la 1ère cause de mortalité 
chez l’homme

399 500
nouveaux cas de cancer
diagnostiqués en 2017

149 500 décès
en 2017 dû au cancer

Les cancers les plus
diagnostiqués sont le
cancer de la prostate
et le cancer du sein

Sources : INCA, Global Burden of Disease Cancer Collaboration

Notre vision

Si la recherche médicale sur le cancer a fait des progrès majeurs au cours des dernières décennies, notamment dans le domaine de la prévention, du diagnostic et du traitement, un nombre important de patients reste confronté à l’échec thérapeutique. La Fondation de France soutient l’approche d’une médecine personnalisée pour offrir à terme à chaque patient un traitement efficace prenant en compte les spécificités de sa maladie ainsi que son environnement et son mode de vie.

Avec votre soutien

Notre comité d’experts, composé de chercheurs et de médecins reconnus dans le domaine de la recherche sur le cancer, sélectionne les meilleurs projets pour combattre la résistance aux traitements des cancers. Grâce à votre don, nous financerons notamment des travaux portant sur :

  • l’étude des mutations génétiques à l’origine des échecs thérapeutiques ;
  • l’identification, dès le diagnostic, de futures résistances aux traitements ;
  • la recherche sur la machinerie moléculaire associée à la résistance tumorale.

Exemple de projet financé grâce à votre don

Lutter contre la résistance aux
traitements des cancers du cerveau

Contexte

Le glioblastome multiforme (GBM) est la tumeur primitive cérébrale la plus fréquente et la plus agressive de l’adulte. Moins de 5 % des patients diagnostiqués avec une tumeur cérébrale de ce type survivent plus de 5 ans, avec une survie médiane de 15 mois. Cette agressivité est due à une forte capacité de résistance aux thérapies : une récidive à proximité de la tumeur initiale est presque inévitable et fatale dans les 7 à 10 mois suivants le traitement.

L’objectif

Le jeune post-doctorant Gwenann André-Grégoire, du Centre de recherche en cancérologie et immunologie de Nantes-Anger, concentre ses travaux sur l’étude d’une sous-population de cellules tumorales aux propriétés de cellules souches capables d'initier, maintenir et renouveler la tumeur. Ces cellules représentent donc aussi une opportunité d’entraver le développement tumoral et la résistance aux traitements. L’objectif est de comprendre l’effet de la radiothérapie et de la chimiothérapie sur ces cellules et leur microenvironnement.

Le résultat espéré

À terme, les travaux du Dr. André-Grégoire permettront d'anticiper les risques de résistance ou de rechute, et de mieux suivre la réponse au traitement personnalisé.