Qui doit payer l’Impôt sur la fortune immobilière - IFI ?

L’Impôt sur la fortune immobilière concerne toutes les personnes physiques, résidant ou non en France, possédant un patrimoine immobilier dont la valeur totale atteint ou dépasse 1,3 million d’euros au 1er janvier de l’année concernée. Depuis 2018, le nombre de personnes assujetties à l’IFI est bien inférieur à celui autrefois associé à l’ISF puisque l’impôt s’oriente aujourd’hui exclusivement sur l’immobilier.

Assujettis à l’IFI : quelles conditions ?

L’IFI est lié au patrimoine immobilier net taxable des membres du foyer fiscal, qu’il soit composé de personnes célibataires, veuves, divorcées, mariées, pacsées ou en concubinage, mais aussi de leurs enfants mineurs. En ce sens, l’IFI se différencie de l’Impôt sur le revenu.  

Si le foyer fiscal rend compte d’un patrimoine immobilier net taxable supérieur à 1 300 000 euros au 1er janvier, les personnes le composant sont alors redevables de l’Impôt sur la fortune immobilière. Étant un impôt déclaratif, les personnes assujetties doivent souscrire en leur nom propre une déclaration IFI via l’annexe n° 2042-IFI.

Si le seuil de déclenchement de l’IFI est de 1,3 million d’euros, le barème s’applique à compter de la tranche comprise entre 800 000 et 1,3 million d’euros de patrimoine net, de la même manière que pour l’ISF.

La valeur prise en compte pour le calcul de l’IFI est la valeur nette taxable, c’est-à-dire la valeur du bien immobilier moins les dettes s’y rapportant.